Je suis mon pire ennemie


Enfant j'étais sauvage personne ne pouvait m'approcher j'hurlais, à la maternelle je me blottissais dans un coin et je ne voulais que personne vienne vers moi, tout le monde me faisait peur, comme si on allait m'agresser, me faire du mal ! Pourquoi ? Je suis incapable d'y répondre.

 

Jusqu'en 4ème/3ème j'étais une bonne élève, toujours dans les deux premières mais je savais déjà et je m'en rendais de plus en plus compte que je n'étais pas comme tous mes petits camarades de classe. Quelque chose en moi ne tournait pas rond. Alors le tabac à 13 ans, l'alcool vers 15 ans puis on suivit le cannabis, popper's et l'ectasie, et peu le snif...puis j'ai rencontré une amie qui m'a sorti de ce que l'on nomme la drogue dur et je n'y plus touché car je lui avais fait une promesse et pour une fois que je pensais que quelqu'un s'intéressait à moi, m'appréciait je ne pouvais la décevoir...

 

A 18 ans j'ai connu le grand amour, le premier, le petit bad boy qui venait de Paris dans un petit village de 1200 habitants. Qu'est ce qu'il était beau, gentil, ce regard ampli de tristesse me faisait fondre, lui aussi souffrait mais pas de maladie mentale, je dirais au niveau familial, livré à lui même dès ses 12 ans et il avait un petit frère dont il devait s'occuper. Puis les galères ont commencés, de petits larcins qui l'on emmené en prison, au début nous correspondions souvent puis il a eu la grâce présidentielle, nous nous sommes retrouvés et retour la case départ mais comme c'était la deuxième condamnation et donc un casier judiciaire, condamné à 3 ans de prison. Au début rebelote, des lettres seul moyen, car j'habitais à 3h de route de Fleury Mérogis, pas de travail donc pas d'argent et pas de moyen de transport. Peu à peu j'ai cessé de lui écrire......

 

Cette amie qui m'a aidé, qui m'a fait comprendre ce que signifiait le mot amitié je l'ai connu en 1987, j'avais 20 ans, j'étais heureuse, je l'a trouvait extraordinaire, d'une gentillesse à toutes épreuves, c'est vrai j'ai connu l'amitié et je perdais l'amour en même temps mais lorsque l'on se sent soutenu, des fois rien que d'un simple regard, ça aide énormément........

 

J'ai vécu 5 ans avec Frédéric et notre relation, j'avais alors 28 ans, bien sûr il y a eu de beaux moments je ne peux dire le contraire mais si je dois en tirer une conclusion aujourd'hui, je dois bien avouer beaucoup de "coups de gueule" mais j'utilisais des mots violents, et accompagné d'agressivité hors du commun. En plus je n'ai jamais été fidèle mais il le savait puisque je lui avouait à chaque fois. Nous nous sommes quittés et nous sommes restés "amis" est un bien grand mot, lorsque l'on sait ce qu'est la vraie amitié, mais disons plutôt des potes.

 

Je me suis rendu compte que j'étais agressive avec mon père et pourtant je l'aimais et mon agressivité envers lui a pris de l'ampleur lorsque j'ai appris qu'il ne lui restait que quelques mois à vivre, atteint d'un cancer pour lequel plus aucun traitement ne pouvait le guérir. Aujourd'hui j'en souffre terriblement mais il est trop tard, qu'a t-il du penser de moi. J'éprouvais même de la haine mais celle-ci contre cette foutue maladie !!!!

 

Donc j'ai été diagnostiquée bipolaire il y a 6 ans, à 42 ans, j'ai donc vécu environ 30 ans avec cette maladie sans savoir ce que j'avais.

 

Cette amie dont je voulais parlait a connu les violences conjugales, elle l'a toujours caché, jusqu'à un fameux soir (elle et son mari tenaient une pizzeria) où il revenait de boite et imbibé d'alcool, il l'a empoigné par les cheveux et la tirée, nous sommes restés mes amis et moi stupéfaits et nous n'avosn pas bougés, ne sachant que faire. Puis des hurlements alors sans hésité je me suis levée et je me suis rendue dans leur logement et là l'horreur, il pointait un révolver sur sa tempe, alors j'ai cassé la vitre, je ne sais comment ça c'est passé, la surprise je pense, il l'a lâché, elle s'est levé et nous avons couru jusqu'à la sortie là une amie nous attendait en voiture et nous nous sommes rendu à la gendarmerie. Elle n'a pas porté plainte, pensant à ses trois enfants, et elle pensait qu'après ça elle pourrait partir avec eux. Mais rien ne s'est passé comme cela aurait du, il a obtenu la garde des enfants et elle est donc partie sans se retourner. Je n'ai compris son départ que quelques jours après quand les rumeurs de celui-ci ont commencé à se dire. Nous sommes restées en contact quelques temps et puis le silence complet de sa part. Pourquoi ? Elle m'a avoué il y a 4 ans après m'avoir retrouvé via le site "les copains d'avant", qu'elle m'en avait voulu. Pourquoi ? Parce que je n'ai fait, eh oui je ne pouvais l'héberger, pas de logement, je vivais chez mes parents et ma mère ne l'aimait pas, et toujours le même problème pas de travail stable, que quelques CDD.

 

Depuis qu'elle m'a retrouvé nous ne cessons de converser tous les jours, puis il y a un mois environ je l'ai agressé via un sms, puis des mots sur sa vie privée devant sa fille un soir et ce même soir j'ai dit à son compagnon ce que je pensais de lui, eh oui depuis plusieurs mois elle ne cessait de me dire qu'elle était malheureuse, il lui disait des "ta gueule", lui a lancé de l'eau en plein visage, ne lui parlait pas, faisait sans cesse la tête donc pas de conversation, l'a traité d'idiote elle ainsi que sa fille....donc je lui ai dit et qu'il fallait qu'il change son comportement qu'il ne se rendait pas compte de la chance qu'il avait, d'avoir une femme à ses côtés qui bosse pour deux et qui l'aime. Il ne m'a rien répondu mais est allé la réveiller pour lui en faire part. Deux jours avant cet évènement elle m'a avoué que c'était fini qu'elle allait le quitter. Je lui avais fait part de lui en parler en lui disant tu sais très bien qu'après il ne voudra plus me voir. Elle savait donc, aujourd'hui elle me dit je t'avais demandé d'attendre alors j'ai relu "le chatte" mais rien de tout ça.......

 

Durant 5 ans j'ai fait ce que j'ai pu pour les aider, écouter, essayer de comprendre je prenais même la défense de son conjoint car je lui ai même dit je pense qu'il est bipo, sachant malgré tout qu'elle l'aimait, J'ai donné tout ce que je pouvais, rendant service à chaque fois qu'elle me le demandait, jamais un refus de ma part, jusqu'à vider mes comptes et même faire un prêt bancaire.

Je lui ai avoué que j'étais dans la galère financièrement et mi décembre, étant donné que leur situation financière s'est arrangé, elle m'a dit "je vais t'aider puce, bisous", c'était un vendredi et elle devait me donner l'argent le mercredi qui suivait mais rien. Elle me dit qu'il réfléchissait...heu....Puis plus aucun mot après concernant ce sujet, c'était avant Noël. Puis je les ai invités pour la St Sylvestre alors j'ai pensé qu'ils allaient en profiter pour me donner l'argent mais rien ! Puis c'est ce soir là que j'ai explosé en vous expliquant mon comportement, mon agressivité ci dessus. Aujourd'hui et je l'ai bien compris elle veut s'éloigner de moi, ne plus avoir aucun contact avec moi, malgré qu'il y a quelques jours, à peine une semaine m'avoir dit, je viendrais passé quelques jours vers toi sachant que je suis en vacances. Que c'est il passé depuis depuis ???? Grand mystère !!!!!

Et de tout cela j'en souffre terriblement surtout que je suis en pleine dépression depuis octobre et que les galères se cumulent de semaine en semaine.


Jeudi soir j'ai commencé à prendre des médicaments, quelques lysanxia, zyprexa que j'ai arrêté depuis octobre (bizarre depuis que je me sens mal, un rapport ?), dépakote et noctamide, deux de chaque puis vous allez trouver cela dingue mais j'ai regardé mon chien qui dormait paisiblement et j'ai arrêté....mais pourrais je dire stop la prochaine fois ? Remarquez je me suis effondré et le vendredi au travail j'étais un vrai zombie........


Je reviendrais peut être parler, mais parler de moi....pour qui, pourquoi ? Enfin elle m'a dit un jour, écrire fait du bien, alors.......


Voici le lien, concernant la bipolarité c'est au début du reportage :

 

https://www.youtube.com/watch?v=K_gFmjEaUi

© Web ton village 2014